Chuuut! Les esprits rôdent…

Peinture abstraite géométrique de Cecil Skotnes de deux personnes, une écoutant en silence pendant que l'autre parle.

Dans les sociétés ouest-africaines traditionnelles, les humains et les esprits ont toujours vécu côte à côte. Une fois de temps en temps, les uns ou les autres tendent le bras à travers le voile pour une tape sur l’épaule comme pour se rappeler de leur existence mutuelle. La ligne précaire qui les sépare est poreuse ; les …

Le Garay, un alphabet wolof

Graphisme abstrait des lettres et des chiffres de l'alphabet Garay.

(Garay) est un alphabet créé spécifiquement pour le wolof, une langue répandue au Sénégal et dans certaines parties de la Gambie et de la Mauritanie. Le wolof était traditionnellement écrit avec une version adaptée de l’alphabet arabe appelée wolofal. Ce système d’écriture est encore courant, mais l’usage de l’alphabet latin n’a fait qu’augmenter régulièrement depuis …

Le bouffon sacré du Mandé

Photographie du chef korèduga de Mimana au Mali. Le clown ou le bouffon porte des morceaux de tissus qui forment son costume et un masque coloré en forme de singe.

« Comprendre la comédie, c’est comprendre l’humanité, car le sens de la comédie est au cœur de l’être humain. » — Conrad Hyers, The Spirituality of Comedy, Comic Heroism in a Tragic World. Prédestiné à provoquer Les humoristes, les anticonformistes, les blagueurs et les farceurs ont fait leur apparition dans toutes les sociétés humaines, des …

La danse Zaouli du pays Gouro, Côte d’Ivoire

Photographie d'un danseur portant le masque Zaouli en Côte d'Ivoire.

Un hommage à la beauté féminine, ce spectacle traditionnel de l’Afrique de l’Ouest est protégé par la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, 2017. Chaque village Gouro en Côte d’Ivoire a son danseur Zaouli prisé. Pourtant toujours incarné par un homme, le masque lui-même représente la magnifique fille de Zaouli — …

3 Contes de Côte d’Ivoire

Textile du peuple sénoufo de Korhogo qui illustre les personnages des contres de la Côte d'Ivoire.

Comme la plupart des contes indigènes à l’Afrique de l’Ouest, les allégories et les récits traditionnels transmis au fil des générations d’ivoiriens captivent et éclairent, surprennent et guident, recréent et renforcent les valeurs sociales de leurs auditeurs. À travers une panoplie de personnages — monstres fantastiques, protagonistes rebelles — les dichotomies morales se présentent : …

Le forgeron

Photographie en noir et blanc d'une hache de forgeron posée par terre avec des cauris comme offrandes en Sierra Leone.

« Une fois le fer chauffé à blanc dans un feu de charbon, les habiles forgerons africains manipulent le métal comme de l’argile. En utilisant leurs marteaux comme extension de leurs mains, ils peuvent façonner toutes les formes qu’ils désirent sur leurs enclumes. Avec une prouesse technique impressionnante, ces artistes ont, depuis plus de 2500 …

Le pouvoir d’un prénom

Lithographie en noir et blanc d'une famille assise sur un banc, dos tournés. Il y a trois petits enfants, et quatre adultes. Ils regardent une femme qui les embrasse tous. L'image fait penser à une cérémonie africaine où un bébé reçoit un prénom ou plusieurs prénoms, et son nom entier.

À la question shakespearienne « Qu’y a-t-il dans un nom ? » la réponse ouest-africaine est « Tout. » Dans un monde où même l’acte de parler est infusé de pouvoir, les prénoms donnés à la naissance — qu’ils soient protecteurs ou encourageants, proverbiaux ou prédictifs, exaltés ou en apparence indélicats — sont de la …

Le tambour parleur

Photographie d'un tambour parleur ouest-africain, en forme de sablier avec des cordes de tension autour de ses côtés et une écharpe lacée autour. Au dessus de la peau du tambour est posée la baguette courbée avec laquelle on frappe le tambour.

“Le plus important de tous les tambours”, dit [Ogotemmêli], “est le tambour d’aisselle. C’est le Nommo qui l’a fait”. “Il en a donné l’image avec ses doigts, comme font aujourd’hui les enfants avec les jeux de ficelles. Écartant les mains, il passa dix fois le fil dans chacun des quatre doigts, le pouce n’étant pas …